Un luthier explique le pourquoi et le comment des bois de résonance des ukulélés

0
(0)

PAR DAVE SIGMAN

Tout commence par le bois. Qu’il s’agisse d’un ukulélé d’entrée de gamme fabriqué en usine à l’étranger ou d’un instrument haut de gamme fabriqué par un luthier qualifié, tout commence par la sélection du bois approprié. Les deux principaux critères de sélection du bois sont, bien sûr, la beauté et, peut-être plus important encore, la qualité sonore. En tant que fabricant d’ukulélés personnalisés, une grande partie de mon travail consiste à sélectionner les bois que je vais utiliser. Lorsque vous achetez un ukulélé, il est bon d’être informé sur le bois, sur les raisons de son choix et sur la façon dont il affecte le son.

L’ukulélé ténor 35TS de Córdoba est construit avec un fond et des éclisses en acacia, et de l’épicéa massif de Sitka pour la table.

Bois de la table d’harmonie

En ce qui concerne le son, le bois le plus important de tout l’instrument est probablement la table d’harmonie (également appelée table d’harmonie) et le bois utilisé pour le contreventement de la table d’harmonie (les pièces de renfort collées à la table d’harmonie à l’intérieur de l’instrument). Les bois couramment utilisés pour la table d’harmonie d’un uke sont le koa, l’acajou, le cèdre et divers types d’épicéa.

Lors de la sélection d’une table d’harmonie appropriée, je fais d’abord une inspection visuelle du bois pour m’assurer que la pièce a un grain agréable et régulier et ne présente aucun défaut. Je fléchis ensuite doucement la planche, en vérifiant sa rigidité dans le sens du grain. Plus elle est rigide, mieux c’est. Si la table d’harmonie potentielle est trop souple, la qualité du son peut être compromise, ce qui se traduit par un volume moindre, un manque de soutien ou un déséquilibre tonal. Enfin, je vérifie le “tap tone”, en tenant la table entre mon pouce et mon index et en la tapant pour produire ce qui sera, je l’espère, un son clair et agréable.

De nombreuses essences de bois améliorent leur sonorité avec l’âge, notamment l’épicéa de Sitka. J’ai remarqué que juste après avoir cordé un nouveau uke pour la première fois, le son peut être un peu plus faible pendant un certain temps, mais cela change rapidement. Les notes graves deviennent plus profondes, les notes aiguës plus brillantes et le sustain plus long, tout cela dans la première heure de vie. La qualité du son continuera à s’ouvrir et à mûrir pendant plusieurs mois.

J’ai vu de magnifiques uke construits avec des bois éblouissants qui sont un plaisir pour les yeux, mais qui manquent de qualité tonale en raison d’une sélection médiocre des bois de la table d’harmonie et des barrages de soutien. Pensez au fonctionnement d’un haut-parleur stéréo. Il s’agit d’une boîte faite de bois à l’arrière et sur les côtés, avec un cône en papier léger à l’avant qui vibre et émet les ondes sonores. Le corps d’un ukulélé fonctionne de la même manière. Plus la table peut vibrer librement, plus les ondes sonores seront produites efficacement.

De nombreux ukulélés d’entrée de gamme fabriqués en usine sont construits en bois stratifié, qui est créé en collant ensemble de fines couches de bois bon marché avec une couche extérieure de placage exotique ou décoratif. Cette méthode de production est moins coûteuse que la construction en bois massif. J’ai joué sur un certain nombre d’ukulélés fabriqués avec des bois stratifiés et j’ai trouvé que la majorité d’entre eux avaient un son assez correct, bien qu’ils ne soient généralement pas aussi dynamiques qu’un instrument haut de gamme.

Cependant, ils offrent certains avantages. Le prix plus bas rend l’uke plus abordable, bien sûr, et constitue un bon choix pour une première uke. La construction en bois stratifié, bien qu’elle rende l’uke un peu plus lourd, le rend également plus robuste, ce qui fait qu’un uke en bois stratifié est un bon choix pour les enfants. Ils font également de très bons uke de voyage – la construction en bois stratifié résiste mieux aux changements de climat que l’on peut rencontrer en voyage.

L’uke de concert KA-BC-CT de Kala utilise du bois de bocote pour son dos et ses côtés.

Dos et éclisses ; Bois des éclisses

Le bois le plus courant pour le dos et les côtés des ukulélés est probablement le koa hawaïen. Le koa est également parfait comme table d’harmonie, produisant un son chaud et doux qui évoque vraiment l’esprit des îles. Cette caractéristique, ainsi que sa couleur et son grain exotiques, en font le bois de prédilection de nombreux musiciens.

L’acajou du Honduras est également largement utilisé dans la construction des uke. Il est assez similaire au koa en termes de densité, de maniabilité et de qualité sonore et, comme le koa, il est également utilisé dans les uke où une seule sorte de bois est utilisée pour l’ensemble du corps – la table d’harmonie ainsi que le fond et les côtés de l’instrument.

L’un de mes choix de bois préférés pour les ukes qui utilisent le même bois pour l’ensemble du corps est le noyer claro, un bois originaire de Californie qui est similaire au koa et à l’acajou en termes de stabilité et de caractère sonore. Et, comme le koa, les pièces de choix en noyer claro présentent un grain très frisé et spectaculaire. De nombreuses autres espèces de bois, tant importées que locales, sont également utilisées dans la construction des corps de uke, notamment l’érable, le sycomore, le madrone, le myrte, l’ébène, le monkey pod, une grande variété de palissandres et même des laminés de bambou.

Le bois de rose est largement utilisé et très prisé pour sa beauté et sa sonorité brillante et distinctive. Il existe plusieurs variétés bien adaptées à la construction d’uke : Le palissandre des Indes orientales, le palissandre du Honduras et le cocobolo, pour n’en citer que quelques-uns. Ce sont de véritables bois de rose, de la famille des Dalbergia. Le palissandre brésilien, autrefois considéré comme le “Saint Graal” de tous les bois de tonalité, est aujourd’hui soumis à plusieurs restrictions commerciales, ce qui signifie qu’il est devenu cher et difficile à trouver en bonne qualité. Cependant, de nombreux bois alternatifs récoltés de manière durable sont utilisés pour la fabrication d’instruments.

Cet uke ténor du luthier Steve Grimes a un corps entièrement fabriqué en érable piqué.

Bois du manche

Le bois le plus couramment utilisé pour le manche des ukulélés est probablement l’acajou du Honduras. Il présente un grain agréable et régulier, est stable et facile à travailler. Il présente également un rapport résistance/poids impressionnant, ce qui en fait un instrument bien équilibré qui se sent bien dans les mains du joueur.

De nombreux autres bois conviennent également pour les manches. J’utilise souvent le koa, s’il n’est pas trop dense. Le cèdre espagnol fonctionne également bien et est le choix traditionnel pour les manches de guitares flamenco. Parfois, un client me demande un manche fabriqué dans un bois similaire à celui du corps. Je peux donc utiliser du noyer noir pour un uke plus foncé ou de l’érable pour un uke plus clair.

Touche et chevalet

Il existe plusieurs choix de bois pour la touche, mais je choisis généralement un bois dur comme l’ébène ou le palissandre. La touche est très sollicitée et doit être suffisamment solide pour résister à l’abrasion des cordes et des doigts du musicien. J’ai vu une fois un très vieil uke hawaïen avec une touche en koa qui avait des trous entre les frettes tout le long de la touche et dans le bois du manche ! Cet uke avait manifestement participé à de nombreux luaus. Le koa est aussi couramment utilisé pour la touche et les ponts. Cependant, il est préférable de choisir un morceau dense. Les bois durs sont également mieux adaptés pour maintenir la queue du fil de frette, ainsi que les incrustations décoratives, fermement en place sur la touche.

Le chevalet, comme la touche, doit être un morceau de bois dur sélectionné, complètement séché et exempt de tout défaut. J’ai l’habitude d’assortir les bois de la touche et du chevalet à des fins esthétiques. La tension des cordes sur le chevalet est considérable – environ 35 livres sont exercées sur un uke ténor en sol grave. C’est beaucoup de poids, mais pas autant que sur une guitare à cordes d’acier, où la tension est plus proche de 160 livres.

Fixation des bords

Lorsque je sélectionne les bordures du corps, je choisis généralement un bois dur qui crée un joli contraste et complète le bois du corps. Par exemple, si le corps de l’uke est un bois foncé à grain droit, comme le palissandre, je peux choisir un bois plus clair et frisé, comme le koa ou l’érable.

À l’inverse, sur un instrument au grain très figuré, je choisirais une bordure moins voyante. En gros, si c’est un bois uni, j’utilise des bordures fantaisie, et pour un bois plus figuré, des bordures unies.

Le rôle de la reliure, en plus d’être jolie, est de protéger le bord de l’uke contre les chocs et les ecchymoses et d’aider à maintenir le corps ensemble. Ceci étant dit, il y a beaucoup d’uke qui n’ont pas du tout de bordures. Certains fabricants utilisent une bordure décorative “en corde”, une série de bordures en bois clair et foncé alternées autour du corps, donnant à l’instrument un aspect vintage.

Les bordures en plastique sont également couramment utilisées et sont disponibles dans différentes couleurs et motifs tels que l’ivoire, la perle et la fausse écaille.

Le Koa a longtemps été un choix populaire pour les ukulélés de tous types, comme le prouve ce ukulélé vintage Knutsen à gauche ; à droite, ce uke vintage Lyon & Healy Bell a un corps en acajou.

Le bois et son impact sur la sonorité

Comment savoir de quel bois doit être fabriqué votre uke ? Cela dépend dans une certaine mesure du type de son que vous préférez.

Si vous jouez principalement en solo, un son chaud et bien équilibré, comme celui produit par un uke tout en koa ou un uke avec une table en acajou ou en cèdre, peut vous convenir. Ou peut-être jouez-vous dans un groupe et avez-vous besoin que vos solos s’élèvent au-dessus des guitares. Dans ce cas, un uke avec un corps en palissandre et une table en épicéa vous donnera le son brillant et percutant que vous recherchez.

La liste des combinaisons possibles est aussi vaste que le nombre d’essences de bois.

N’oubliez pas : les bois les plus esthétiques ne sont pas nécessairement les plus sonores. Prenez donc le temps d’écouter autant de ukes que possible pour éclairer votre décision d’achat.

DAVE SIGMAN est un luthier et un artiste en marqueterie qui dirige Little River Ukes à Little River, en Californie.

Cet article est initialement paru dans le numéro d’automne 2013 de Ukulele.

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

As you found this post useful...

Follow us on social media!

Laisser un commentaire

Fermer le menu