Un jour dans la vie : Un coup d’œil dans le monde de 7 ukers uniques en leur genre

0
(0)

Par Whitney Phaneuf

Rencontrez sept artistes différents – certains qui gagnent leur vie en jouant du uke, d’autres qui se produisent pour l’amour de la musique (après avoir travaillé le jour) – et découvrez ce qui les inspire et ce à quoi ils aspirent.


Où es-tu et quelles sont les vibrations ?
J’adore cette question. Je suis chez moi. L’ambiance est très cool. Ma copine et moi travaillons tous les deux à nos bureaux ; elle vient de me préparer un déjeuner et c’était incroyable. Notre appartement est propre, serein, et cet entretien est déjà génial, donc ce ne sont que des vibrations positives.

Quand avez-vous joué du ukulélé pour la dernière fois ?
Hier.

Quelle chanson avez-vous jouée ?
Je travaille sur une nouvelle chanson, ce qui veut dire que j’ai joué les mêmes accords encore et encore et j’ai vaguement changé des petits mots, en éditant les paroles. Ce n’est pas encore une chanson à part entière.

Décrivez votre style personnel.
J’ai une esthétique minimale. J’aime les choses simples, aux lignes épurées, et elles doivent être confortables. Je suis également très attaché à la fonctionnalité – je dois pouvoir transporter des choses sans les avoir physiquement dans les mains. Je couds des poches intérieures sur mes vestes en jean, et je porte parfois un sac banane.

Décrivez votre style de jeu au ukulélé.
J’ai joué de la guitare avant de jouer du ukulélé et je n’ai jamais vraiment fait la différence entre les deux en termes de style de jeu. Je fais du fingerpick et du strum, mais je ne peux pas faire les styles de strum plus complexes et classiques du ukulélé.

Vos reprises préférées au ukulélé ?
Uh oh, je n’ai pas de top 5 et je suis tentée de parcourir YouTube pour en trouver, mais ça me semble faux, donc je vais juste être honnête. Je ne peux penser qu’à Danielle Ate the Sandwich qui reprend “Rich Girl”. Sa voix est incroyable, et j’ai l’impression d’avoir redécouvert cette chanson avec cette reprise.

Quelle est la collaboration dont vous rêvez ?
Je veux ajouter un uke et une quatrième harmonie au son de Haim.

Blague préférée sur le ukulélé ?
C’est une autre question que je devrais chercher sur Google, alors je vais vous parler de la blague préférée de mon père quand j’étais petit. Il demandait : “Où vont les mauvais chiens ?”, puis il levait le poing pour le secouer et disait : “à la fourrière” avec le plus grand sourire sur le visage. Des milliers de fois, et nous n’étions jamais moins excités par la chute.


Où es-tu et quelles sont les vibrations ?
Je vis à Los Angeles, mais mon cœur est définitivement en Californie, dans son ensemble. J’ai la chance d’avoir beaucoup déménagé et d’avoir des amis musiciens un peu partout. Nous avons tous commencé à Skyper régulièrement pour partager de nouvelles musiques et de la poésie. Cela ravive l’âme !

Quand avez-vous joué du ukulélé pour la dernière fois ?
Je joue tous les jours ! Si je vais quelque part et que je ne peux pas apporter mon Godin MultiUke, je prends mon soprano Boulder Creek dans mon sac à dos.

Quel est le dernier concert que tu as fait ? Qu’est-ce que tu portais ?
Je viens de terminer une résidence à l’Orange County Fair. Je portais une jupe rose incroyablement transparente que j’avais achetée ce jour-là. Elle est maintenant dans la section “Ne pas porter sur scène” de mon placard.

Avez-vous des rituels avant ou après le spectacle ?
J’écoute le couplet de Nicki Minaj dans “Monster” avant chaque spectacle. Sur le chemin, j’écoute une playlist pleine de hip-hop des années 90, de jazz et des Spice Girls.

Décrivez votre style de jeu au ukulélé.
Je joue juste à fond. Dans la plupart des concerts, je finis en sang. Merci mon Dieu pour la super glue.

Qu’est-ce que tu veux encore apprendre au ukulélé ?
Comment balayer ! Je veux faire des solos de folie.

Joueurs de uke préférés ?
Mes potes de Nouvelle-Zélande.

Quelle est la collaboration de vos rêves ?
Pour l’instant, je pleurerais probablement si je pouvais jouer avec Valerie June. Elle a cette voix incroyable qui semble si brute et vulnérable. J’adorerais écrire pour elle.

Blague préférée sur le ukulélé ?
Tu n’as pas très bien nourri ta guitare.


Où es-tu et quelles sont les vibrations ?
Je suis dans ma maison, je joue avec mon chien et je me détends.

Quand avez-vous joué du ukulélé pour la dernière fois ?
Je jouais avec mes amis dans mon rêve. Ha ha ha.

Quelle chanson jouiez-vous ?
C’est pas une chanson, mais on faisait des progressions d’accords et on donnait des solos.

Quel est le dernier concert que vous avez fait ? Qu’est-ce que vous portiez ?
C’était au Kani Ka Pila Grille. [in Honolulu] avec Bryan Tolentino et L Halehaku Seabury. Je me suis bien amusé, car c’était la première fois que je jouais avec eux ! Et je portais ma chemise bleue et noire Aloha préférée. Ensuite, je serai en tournée à Shanghai, à Pékin et en Corée en octobre avec Derick Sebastian et Chang Min Lee.

Décrivez votre style de jeu au ukulélé.
La plupart du temps, j’interprète de vieilles chansons, et pour moi, cette musique est fraîche et belle.

Vos reprises préférées au ukulélé ?
“Lover,” Alfredo Canopin Sr. ; [Chopin’s] “Nocturne n° 2 en mib op., 9, n° 2”, Gordon Mark ; “Can’t Take My Eyes Off You”, Kimo Hussey ; “This Nearly Was Mine”, Byron Yasui.


Où es-tu et comment sont les vibrations ?
Je suis à Nashville en train d’enregistrer un nouvel album avec mon groupe (Victor &amp ; Penny).

Quand avez-vous joué du ukulélé pour la dernière fois ?
Il y a environ une heure.

Quelle chanson avez-vous jouée ?
Je répète un morceau que je vais chanter demain en studio, “Day Off Boogie”. C’est un morceau original que nous avons écrit au ukulélé et à la guitare et qui parle de la joie de rentrer à la maison après une tournée, dans notre petit appartement du centre-ville de Kansas City.

Quelle est la première chanson que vous avez entendue au ukulélé ?
Mon père avait un ukulélé et il me chantait et me jouait des chansons quand j’étais petite. La première chanson dont je me souviens est “Lazy River” de Hoagy Carmichael ; j’ai de bons souvenirs de chanter avec lui. Il a acheté son ukulélé Hofner en 1952, alors qu’il était stationné en Allemagne pendant son service dans la marine. Ce ukulélé est mon bien le plus précieux et il me quitte rarement. “Lazy River” fait maintenant partie intégrante de notre spectacle.

Décrivez votre style personnel.
J’ai toujours été attirée par une ambiance vintage. Je privilégie les styles féminins comme les robes, mais j’aime y ajouter une touche de fantaisie en les associant à des bottes.

Décrivez votre style de jeu au ukulélé.
En tant que membre de la section rythmique de notre groupe, je joue avec un strum rythmique rapide qui fournit le “chop” sur nos airs de swing les plus entraînants.

Vos reprises préférées au ukulélé ?
Notre nouvel album contient tous les morceaux originaux, sauf un, et nous sommes très heureux de la reprise que nous avons choisie pour le disque. Nous faisons une reprise influencée par le jazz manouche de “Moon Over Bourbon Street” de Sting.

Quelle est la collaboration dont vous rêvez ?
Je rêve de jouer et de chanter avec Garrison Keillor sur A Prairie Home Companion. Je l’écoute à la radio depuis des années. J’ai grandi dans le nord-ouest de l’Iowa, à la frontière du Minnesota, et j’ai toujours eu l’impression que le lac Wobegon et tous ses habitants étaient les personnes avec lesquelles j’ai grandi. Quand il parle et raconte des histoires, j’ai l’impression d’être chez moi.


Quand avez-vous joué du ukulélé pour la dernière fois ?
Il y a environ 20 minutes, en endormant ma fille.

Quelle est la première chanson que vous avez entendue au ukulélé ?
Le premier véritable joueur de ukulélé que j’ai entendu était probablement mon cousin Tony Schaeffer, qui a vécu toute sa vie à Kailua sur Oahu et qui jouait et fabriquait des ukulélés et des guitares. J’ai appris à jouer un petit truc hawaïen qu’il m’a enseigné, mais je n’ai jamais pu en jouer comme lui.

Quel est le dernier concert que vous avez fait ?
Mercredi dernier, c’était le Melting Pot, que nous faisons le deuxième mercredi de chaque mois au Pianos dans le Lower East Side. Nous le faisons depuis longtemps et nous nous amusons beaucoup trop. Chaque spectacle est différent et surprenant. Les gens s’y mettent et dansent ou chantent, ou s’assoient et écoutent, ou mangent et boivent. Nous invitons les gens pour le jam à la fin. C’est du hip-hop, c’est de la soul, c’est du rock, c’est une cérémonie.

Avez-vous des rituels avant ou après le spectacle ?
Je suppose qu’on pourrait dire le métro. Avant le spectacle, je prends le métro du travail au spectacle. Après, je le prends pour rentrer chez moi.

Décrivez votre style.
J’avais l’habitude de l’appeler ukulélé hip-hop, mais je ne suis pas sûr que cela signifie quoi que ce soit. J’écris des chansons, des rythmes et je joue de la musique qui parle de la vie et du monde. En général, je ne peux pas inventer des choses, alors j’écris sur ce que je sais ou ce que je vois dans les nouvelles. C’est vrai que j’essaie d’être un étudiant du hip-hop, mais aussi de beaucoup d’autres genres de musique.

Reprises préférées au ukulélé.
Blackbird” (Beatles) et “Everyday Struggle” (Biggie) semblent très bien adaptées au ukulélé.

Joueurs de uke préférés ?
Merrill Garbus (Tune-Yards) et Khabu Young, qui peut tout faire.

Quelle est la collaboration dont vous rêvez ?
Kendrick Lamar ou Tune-Yards.


Quelle est la première chanson que vous avez entendue au ukulélé ?
En grandissant à Kauai, je ne me souviens pas d’une chanson précise ; je me souviens plus des sentiments généraux – les oncles sirotant une bière et jouant de la guitare, la bonne nourriture sur la table, les enfants courant partout et s’attirant des ennuis. Je me souviens simplement que je souriais beaucoup quand la musique était là.

Décrivez votre style personnel.
Mon style personnel ? Bon sang, c’est assez profond. Je suis plutôt décontracté, je suppose – plus à l’aise en short de surf sur la plage, à me relaxer avec les gens que j’aime. Ça ne va pas aller dans un profil de rencontre en ligne, n’est-ce pas ?

Décrivez votre style de jeu au ukulélé.
Je pense que mon style est un mélange de chant et d’instrumentation principale. Je me produis principalement en solo, ce qui signifie que je ne peux compter sur personne d’autre pour porter une chanson ou un arrangement, et quand je pense à ce qui semble attirer mon public, c’est la façon dont je mélange le travail des doigts avec le chant. Ça et beaucoup de paroles. Je pense que je suis assez drôle, ce qui est dangereux.

Que voulez-vous encore apprendre au ukulélé ?
En ce moment, je m’amuse à insérer des accords diminués dans des transitions traditionnellement simples, et j’essaie d’améliorer ma précision lorsque je joue plus vite que je ne suis à l’aise.

Vos reprises préférées au ukulélé ?
J’ai été émue récemment en regardant la reprise au ukulélé de Sara Bareilles de la chanson “Chandelier” de Sia, mais là encore, j’aime à peu près tout ce que fait Sara.

Joueurs de uke préférés ?
Jake [Shimabukuro], Troy [Fernandez], Peter [Moon], James [Hill]-Beaucoup d’entre eux m’inspirent. Je trouve également amusant que je les appelle par leur prénom, même si je n’ai rencontré qu’une poignée d’entre eux. C’est étrange comme la musique peut vous donner l’impression de connaître quelqu’un.


Quand avez-vous joué du ukulélé pour la dernière fois ?
Aujourd’hui, il y a environ 10 minutes. J’essaie de jouer au moins un peu tous les jours, de préférence au moins une heure ou deux.

Quelle chanson as-tu jouée ?
“Get Better” par Frank Turner. J’adore cette chanson !

Quel est le dernier concert que vous avez fait ? Qu’est-ce que tu portais ?
Le dernier concert que j’ai donné était mon concert habituel au Dock at Waterlot Inn, ici aux Bermudes, le dimanche soir. Je portais une chemise Oxford rose foncé et un pantalon jaune vif.

Décrivez votre style de jeu au ukulélé.
Je plaisante en disant que je tape dessus jusqu’à ce qu’il sonne comme je le veux. Je pense que je joue de manière assez percussive par nécessité, car c’est l’accompagnement de mon chant. Je ne joue pas joliment, mais je pense que je joue musicalement.

Vos reprises préférées au ukulélé ?
“God Only Knows” et “Build Me Up Buttercup” de Julia Nunes ; “Dream a Little Dream” de Danielle Ate the Sandwich ; “Ace of Spades” des Re-Entrants ; “Surfin’ Bird” de Gugug.

Cet article est initialement paru dans le numéro d’hiver 2015 du magazine Ukulele.

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

As you found this post useful...

Follow us on social media!

Laisser un commentaire