Qu’est ce qu’une octave et comment les trouver sur un ukulélé ?

5
(1)

Qu’est-ce qu’une octave en musique ? En tant que musicien et joueur de ukulélé France, vous devez apprendre un peu de vocabulaire musical, sans pour autant le connaître sur le pouce ou savoir lire une partition. Nous allons donc voir à quoi correspond une octave, et qu’il en existe différents niveaux et que ça permet de caractériser la hauteur d’un nom de note identique.

Rappel sur le nom des notes sur une guitare classique, électrique ou un ukulélé

Prenons la gamme de do majeur qui est constituée des notes suivantes : “do ré mi fa sol la si”.

Bien entendu, vous ne jouez pas que ces 7 notes si vous continuez à aller dans les aiguës. Vous allez jouer d’autres “do ré mi fa sol la si”. Ils seront plus aiguës. Si vous jouez d’autres notes plus grave, avant cette fameuse gamme, vous tomberez sur des “do ré mi fa sol la” plus grave. Il existe donc plusieurs “do”, comme il existe plusieurs “do#”, “ré” et ainsi de suite.

Dans la notation anglophone, on utilise comme code des lettres pour caractériser le nom des notes. Le La est un A, le Do est un C et ainsi de suite. Pour savoir si ces notes sont aiguës ou graves, on rajoute alors un numéro à côté du nom de la note. Par exemple C1, C2, C3. C2 sera donc plus grave que C3, mais plus aiguë que C1.

La notion d’octave en musique : rien avoir avec la hauteur des cordes

Ainsi, on commence à toucher à la notion d’octave. On ne va pas utiliser le terme de “grave” ou “aiguë” mais plutôt “plus haut” ou “plus bas“. On caractérisera ainsi la hauteur de la note.

Donc dire qu’une note est une octave au-dessus signifie que la note est la même mais qu’elle est dans une région plus aiguë de l’instrument.

Ainsi, dans notre exemple de C1, C2 et C3 (donc do1, do2 et do3), nous avons C2 qui est plus haut que C1, mais plus bas que C3. Ainsi, grâce à cette notation, on sait comment afficher et reconnaître les octaves 🙂 Il suffit alors de connaître l’accordage de votre instrument pour déterminer les octaves des notes. Je vous montre maintenant comment les trouver !

Imaginez un piano. Les touches de gauche sont plus basses que celles de droite. Si vous continuez à jouer les touches blanches, en commençant par C, de gauche à droite, vous suivrez la séquence : C, D, E, F, F, G, A, B, C…. se déroulant dans ce cycle jusqu’à la fin des touches du piano. Au fur et à mesure que les notes deviennent plus aiguës, il devient facile de percevoir que le do suivant sera plus aigu que le précédent. Donc quand vous terminez un cycle et que la note redevient un Do, vous avez terminé une octave.

La place d’une note est appelé “degré” dans une gamme. Le premier degré est appelé “tonique”. Remarquez alors que le B (Si) est le 7ème degré de C (Do), ça fait du C le huitième degré. C’est ce qu’on appelle l'”octave”.

Nous utilisons ici l’exemple du C, mais ceci est valable pour n’importe quelle note, puisque vous commencez et finissez avec la même note. Si nous commençons par ré, nous fermerons une octave lorsque nous arriverons de nouveau en ré. La même logique peut être utilisée jusqu’à une octave plus bas, où le son devient plus bas qu’avant.

Avec la musique occidentale nous avons 12 notes (12 demi-tons : do, do#, ré, ré#, mi, fa, fa#, sol, sol#, la, la#, si), nous pouvons conclure que l’octave comprend la distance de six tons. Autrement dit, en six tons, nous revenons à la note de base.

Ces deux ukulélés ont plusieurs octaves sur leur manche.

Comment trouver une octave sur le manche d’un ukulélé ? Sur quelle corde ? Sur quelle frette ?

Votre ukulélé (sopranino, soprano, concert, ténor ou baryton) est accordé en G4 C4 E4 et A4. Vous savez que lorsque vous jouez la corde de sol à vide, votre table d’harmonie en bois d’acajou va produire un G4. Vous pouvez trouver facilement les notes du le manche en avançant en case par case, c’est à dire, demi-ton par demi-ton.

Pour les octaves, c’est très simple ! On a 6 tons d’écart entre chaque note de même nom à des octaves différentes. Le C1 est distant du C2 de 6 tons, le C2 du C3 de 6 tons et ainsi de suite.

Le manche du ukulélé étant divisé en cases qui représentes des demi-tons, il y a donc 12 cases entre chaque octave sur une même corde. Ainsi, si vous jouez la corde G4 à vide, et que vous venez de jouer ensuite la 12ème case de cette même corde, vous obtenez ainsi l’octave plus haute, donc un G5 ! Vous pouvez faire ça sur toutes les cordes.

Si vous prenez par exemple la 3ème case de la corde G4, vous obtiendrez un A#4 (la#4). Si vous allez en 15ème case (3+12) vous obtiendrez directement le A#5 (la#5). Magique ! La théorie musicale est parfaitement liée à de simples calculs de mathématique.

Quelle est l’intérêt de jouer des octaves ?

Le son des octaves est très puissant. Deux notes jouées à une octave l’une de l’autre rendent un morceau de musique plus riche et plus complet. Voici les différents usages de la notion d’octave quand vous composez ou improvisez :

  • Si vous jouez un solo et que ce dernier sonne parfaitement par dessus la rythmiques, vous pouvez jouer ce solo à l’octave supérieur sans changer une seule note. Il sonnera parfaitement juste !
  • Vous pouvez donner plus d’importance à cette note en la doublant avec une octave plus basse ou plus haute et ainsi la faire ressortir. C’est ce qui arrive très souvent dans les accords majeurs et mineurs notamment en guitare, où on n’hésite pas à doubler quelques notes d’un accord avec une octave supérieure.
  • Cela vous permet aussi de donner des effets sympathiques en glissant d’une octave à l’autre en effectuant par exemple un slide, de reprendre la même mélodie en la faisant plus basse ou plus haute et ainsi de suite.
  • Le guitariste de jazz Wes Montgomery s’est illustré en solo en octaves plutôt qu’en notes simples, et les musiciens n’ont cessé de le copier depuis.
  • Les lignes de basse de l’époque disco étaient célèbres pour rebondir entre les octaves dans un motif régulier de croches.
  • Les arrangeurs de cor de jazz et de pop assignent fréquemment des mélodies aux trompettes, tout en doublant les mêmes notes deux ou trois octaves plus bas sur un saxophone baryton.
  • La légendaire pédale de guitare DigiTech Whammy permet aux joueurs de balayer une octave presque instantanément. De nombreux guitaristes rock ont des pédales Whammy sur leurs planches, dont Tom Morello, dont le solo d’octave sur le tube “Killing in the Name” de Rage Against the Machine est une vraie démo pour cette pédale.

Deux octaves, trois ou plus qui se superposent sonneront toujours juste et renforceront la présence de l’une et de l’autre. Vous pouvez donc travailler vos mélodies tout en vous déplaçant d’une octave à l’autre pour varier les sonorités ! Pour le reste, vous pouvez pratiquer cela sur notre méthode de ukulélé en ligne, nous vous expliquerons tout !

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 5 / 5. Vote count: 1

As you found this post useful...

Follow us on social media!

Laisser un commentaire

Fermer le menu