Comment pratiquer le ukulélé – 4 conseils pour s’améliorer plus rapidement

0
(0)

Nous jouons de la musique parce que c’est amusant, et une bonne pratique peut rendre le jeu plus agréable.

PAR SARAH MAISEL | DU NUMÉRO DE PRINTEMPS 2019 DE UKULELE

Craig (c’est mon mari, le joueur de ukulélé Craig Chee) et moi, on nous demande souvent : ” Comment puis-je m’améliorer ? “. La réponse traditionnelle est la pratique, bien sûr, mais il y a beaucoup plus que cela. Comme beaucoup de joueurs oublient qu’ils ne font pas que jouer du ukulélé – ils jouent de la musique – nous allons nous pencher sur les nombreux attributs qui vous aident à devenir, non seulement un meilleur joueur de ukulélé, mais aussi un meilleur musicien.

Bien sûr, la pratique est l’un des éléments les plus importants pour s’améliorer, mais c’est aussi le plus intimidant. Ce que vous pratiquez, comment vous pratiquez et pourquoi vous pratiquez sont autant de questions auxquelles nous allons nous intéresser. Pour répondre à ces questions, je divise ma pratique en quatre catégories principales : échauffement, développement des compétences, formation de l’oreille et répertoire.

1. ÉCHAUFFEMENT

Je commence toujours mes sessions par des étirements ou des exercices avec les doigts pour échauffer mes mains. Jouer d’un instrument peut être une activité très physique, et il est toujours bon de se préparer avant de se lancer. Pensez à vous comme un coureur, qui s’étire avant de commencer.

J’envisage également de parcourir des gammes familières dans le cadre de ma séance d’échauffement. Je peux prendre deux gammes simples majeures et mineures mobiles et les jouer de la 1ère à la 7ème case. Cela ne prend pas beaucoup de temps et permet à mes doigts de s’assouplir. Je chante également les gammes au fur et à mesure que je les joue. C’est un excellent échauffement vocal, et pour ceux d’entre vous qui sont également chanteurs, vous pratiquez deux compétences pour le prix d’une !

Apprenez un arrangement de uke solo de “Here Comes The Sun” des Beatles.

2. RENFORCEMENT DES COMPÉTENCES

L’essentiel de ma pratique est le développement des compétences, et dans cette partie, je vais travailler sur quelque chose que je pense être assez difficile. L’idée ici est de se mettre au défi – c’est la seule façon de grandir en tant que musicien. Voici quelques idées pour la pratique.

TRAVAILLEZ LES TRANSITIONS DIFFICILES. Disons que vous avez travaillé sur un arrangement et qu’il y a quelques mesures que vous n’arrivez pas à jouer en temps voulu. Oubliez le reste du morceau pour l’instant et travaillez uniquement sur ces mesures difficiles pendant quelques minutes. Vous serez surpris de voir à quel point ces quelques minutes vous sembleront longues lorsque vous faites quelque chose de difficile. Faites cet exercice ciblé pendant quelques jours avant d’essayer de le combiner avec le reste de la chanson. Une fois que vous avez rassemblé les morceaux, vous pouvez commencer à accélérer votre chanson. Veillez toutefois à ne pas l’accélérer trop tôt. Vous devez être capable de pratiquer la chanson aussi vite que vous pouvez faire la transition la plus difficile.

Une autre chose qui entre dans cette catégorie est de jouer dans d’autres positions sur l’instrument. Comment apprendre votre manche si vous n’y consacrez pas de temps ? Travailler sur les différentes positions de votre accord de do majeur, par exemple, est un temps d’entraînement bien utilisé. Même si vous ne consacrez que deux bonnes minutes par jour aux quatre positions principales, vous découvrirez que ces deux minutes quotidiennes sont extrêmement utiles.

TRAVAILLEZ SUR L’ARRANGEMENT. Vous avez cette super chanson que vous vouliez faire sous forme de mélodie d’accords. C’est le moment de vous asseoir et de travailler dessus. Vous pouvez ne travailler que sur un couplet, ou bien vous pouvez vous lancer dans la chanson entière ; dans tous les cas, s’asseoir et arranger des chansons sur votre instrument est un excellent exercice qui fait appel à de nombreuses compétences.

L’arrangement ne doit pas se limiter à la mélodie des accords. Il peut aussi s’agir de créer des introductions ou des fins à une chanson que vous grattez. Prendre le temps de travailler sur un morceau de musique compte comme une pratique. Si vous n’avez jamais essayé d’arranger une chanson, prenez le temps d’écouter des enregistrements de vos morceaux préférés. Voyez s’il y a des intros et des outros que vous appréciez et essayez de les recréer. Le temps que vous passez à écouter et à résoudre des problèmes avec l’instrument est tout aussi utile que de travailler sur un arrangement complet.

TRANSPOSER DES CHANSONS. Vous voulez être capable de jouer dans plusieurs tonalités ? La première étape consiste à vous obliger à le faire. Prenez des chansons que vous connaissez et aimez et mettez-les dans des tonalités que vous n’avez jamais essayées, comme Eb ou A. Nous nous enfermons souvent dans des airs joués dans des tonalités familières parce que, eh bien, elles sont familières et nous n’aimons pas être poussés. Il se peut que vous trouviez qu’une chanson sonne mieux dans une autre tonalité, ou qu’il soit plus facile de chanter dans cette tonalité. La transposition vous permet d’être un musicien plus complet et vous donne les outils nécessaires pour vous lancer plus facilement dans une improvisation.

J’aime prendre un air que je connais bien et le transposer dans au moins trois tonalités. Vous pouvez commencer par utiliser une progression populaire, comme un I-V-vi-IV. C’est l’une des premières progressions que l’on apprend au uke, et dans la tonalité de C, c’est C-G-Am-F. Prenez cette progression et essayez de la transposer en sol ou en mi.b ou A. Cela vous permettra de sortir de la “zone de confort C”.

TRAVAILLEZ SUR UNE NOUVELLE TECHNIQUE. Que vous travailliez avec un instructeur ou non, prendre le temps de votre session de pratique pour développer vos techniques de jeu est crucial pour faire de vous un musicien plus polyvalent. Les techniques peuvent être aussi simples que l’apprentissage des hammer-ons et pull-offs, ou aussi difficiles que l’apprentissage du clawhammer. Je ne dis pas que vous devez apprendre toutes les techniques, mais prenez le temps de réfléchir à la façon dont vous aimeriez sonner, et voyez quelles techniques vous permettront d’y parvenir. La clé de l’apprentissage d’une nouvelle technique est la régularité. Il est bien plus bénéfique de passer cinq minutes par jour à travailler une compétence que de faire toute la pratique en une seule journée.

Bien que chacun de ces exemples soit une façon de consacrer la partie de ma session à l’acquisition de compétences, je ne peux pas forcément tout faire en une seule session. Si je travaille sur un arrangement, par exemple, cela peut prendre tout le temps que j’ai prévu. Ou bien, il se peut que je passe la majeure partie de mon temps à travailler sur des transitions difficiles, avant de passer à une nouvelle technique. Utilisez ce temps comme bon vous semble, mais le plus important est de l’utiliser pour vous dépasser.

3. ENTRAÎNEMENT DES OREILLES

Une façon très simple de pratiquer l’entraînement de l’oreille est d’écouter vos chansons préférées et d’essayer de jouer avec. Pendant que vous faites cela, essayez de déterminer la tonalité en testant quelques accords pour voir si vous pouvez suivre. S’il s’avère que vous n’avez pas établi la clé, essayez à nouveau ! Si vous avez déterminé la tonalité, essayez d’imiter une section solo ou jouez simplement avec l’enregistrement, en vous concentrant sur l’écoute et l’amélioration du morceau. Vous ne voulez pas dominer l’enregistrement, car il s’agit de votre groupe de “jamming”.

S’entraîner avec des pistes d’accompagnement est extrêmement utile. Avant YouTube, j’avais (et j’ai toujours) une collection entière de pistes d’accompagnement de Jamey Aebersold. Travailler avec des pistes préenregistrées est beaucoup plus satisfaisant que de travailler avec un métronome. Non seulement cela vous aide à améliorer votre timing (puisque le groupe jouait sur une piste de clics, ils sont en rythme), mais vous pouvez aussi travailler sur la mélodie de la chanson, essayer des techniques de solo spécifiques ou tout simplement vous défouler ! Vous pouvez trouver des tonnes de pistes d’accompagnement gratuites, dans une variété de tonalités, sur YouTube. Vous n’avez donc aucune excuse pour essayer ! Vous serez surpris du plaisir que vous aurez à vous entraîner.

Sarah Maisel interprète “Hallelujah” de Leonard Cohen

4. REPERTOIRE

Je termine toujours ma séance d’entraînement par du répertoire. Cela a deux effets : Cela me fait pratiquer ce que je sais déjà – pour m’assurer que je ne l’oublie pas – et c’est amusant !

Il est important de terminer votre séance par quelque chose d’amusant. Cela vous aidera à garder un bon souvenir de votre séance de pratique, et cela vous donnera envie de pratiquer. Si nous jouons de la musique, c’est en partie parce que c’est amusant, et il ne faut jamais l’oublier.

Trouver des moyens d’utiliser votre pratique pour être aussi efficace que possible est ce qui vous distinguera des autres. Il est très important de se concentrer sur des techniques et des objectifs spécifiques pour une bonne pratique. Pour m’aider à atteindre mes objectifs, je les notais sur une fiche et me les lisais chaque soir (ou avant une séance d’entraînement). Cela me permettait de toujours me rappeler pourquoi je m’entraînais. Finalement, lorsque j’atteignais les objectifs inscrits sur la carte, j’avais un sentiment d’accomplissement et je faisais une nouvelle carte. Apprendre n’est pas facile, mais on peut toujours s’amuser.

Sarah Maisel est une enseignante et interprète de ukulélé très demandée.

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

As you found this post useful...

Follow us on social media!

Laisser un commentaire

Fermer le menu