Comment construire un ukulélé soi-même ?

Le ukulélé est un instrument de musique à cordes pincées traditionnel des îles Hawaii. Cet instrument est une adaptation proche du cavaquinho portugais. Le ukulélé est fabriqué à l’origine avec du bois koa. Il est depuis quelques années maintenant fabriqué avec du bois d’acajou ou d’épicéa. Reconnaissable par ses 4 cordes et surtout par sa petite taille, le ukulélé est une composante indispensable d’un orchestre hawaiien. Découvrez dans cet article comment construire un ukulélé.

Origine et création du ukulélé

D'où provient le ukulélé
D’où provient le ukulélé

Avant de vouloir construire un ukulélé, il faut d’abord chercher à connaitre son histoire. Elle commence dans les îles Hawaii dans les années 1879. Cette année là, les immigrants portugais venaient pour travailler comme ouvriers agricoles dans les cultures de canne à sucre. Ces immigrants venaient de l’île de Madère. Manuel Nunes qui était un luthier à bord du bateau, ainsi que plusieurs autres joueurs de cavaguino avaient à leur possession cet instrument avec 4 cordes métalliques. Cet instrument qui alors, faisait beaucoup de succès sur l’île, fut copié et reproduit rapidement par les locaux. Cependant les cordes métalliques, qui étaient à l’époque difficilement trouvables sont remplacées par des boyaux. Ces mêmes boyaux furent remplacés à leur tour par des fils de pêcheurs, et aujourd’hui le nylon.

Construire un ukulélé : Le succès

Très souvent bon marché, vous devez savoir que le ukulélé était à la mode dans la première moitié du vingtième siècle. Cet instrument de musique a très vite conquit le public. Il fut adopté par divers courants musicaux. On peut le retrouver notamment dans le jazz ou la chanson populaire. Il était souvent représenté parce qu’il ramenait une dimension un peu humoristique ou exotique à un ensemble.

Des joueurs et débutants de ukulélé avec leur professeurs en train de parler d'une méthode pdf et vidéos pour apprendre le ukulélé sur internet

Comment construire un ukulélé

construire un ukulélé - les différents types
Construire un ukulélé – Les différents types

Les différents types de ukulélé

Pour construire un ukulélé, il est primordial de savoir de quel type de ukulélé on a besoin. En effet, il en existe différentes sortes. On compte jusqu’à quatre (4) types d’ukulélés définies de par leurs tailles. Ainsi, on a par ordre croissant de taille : Le soprano, le concert, le ténor et le baryton.

Le soprano est la taille originelle d’un ukulélé. Il s’agit de ce à quoi on fait allusion lorsqu’on parle d’ukulélé sans précision de taille. Les années 1920 ont connues l’apparition aux États-Unis des tailles concert et ténor du ukulélé. La taille baryton quant à elle a été créée dans les années 1940. Elle a ensuite été beaucoup plus diffusée dans les années 1950. De telles appellations sont de base simplement commerciales. Dans une logique musicale, on s’attendrait peut être à trouver un alto et non un concert entre le ténor et le soprano. Si ces désignations sont trompeuses, c’est tout simplement parce qu’elles sont sans rapport avec les registres.

Les types de ukulélé : La clasification

Pour déterminer la catégorie du ukulélé, la taille prise en compte bien avant celle de l’instrument en entier, est celle de son diapason. Ces tailles en question, sont exprimées en pouces (inches) qui est une unité de mesure anglo-saxonne.

  • Le soprano : qui est en diapason de 12 pouces (ou moins) à 14 pouces (environ 30,5 cm à 35,5 cm)
  • Le concert : qui est en diapason de 14 pouces à 16 pouces (environ 35,5 cm à 40,5 cm)
  • Le ténor : qui est en diapason de 16 pouces à 18 pouces (environ 40,5 cm à 45,5 cm)
  • Le baryton : qui est en diapason supérieur à 18 pouces (au-delà de 45,5 cm)

La classification que vous venez de voir a été calquée sur la classification de la marque Martin. Les anciens ukulélés (Style O, Style 1 à 5) de cette marque sont assez unanimement reconnus comme étant d’excellente facture. Leur succès commercial et leur importante diffusion ont imposé les dimensions citées comme le standard généralement accepté sur le marché.

Pourquoi doit-on avoir un ukulélé ?

On reconnait la ressemblance énorme d’un ukulélé avec la guitare. Ce qui fait qu’une personne qui sait se servir d’une guitare n’aura pas de mal à apprendre à jouer le ukulélé.  Il lui faudra juste s’habituer au manche beaucoup plus petit et apprendre les accords. Le ukulélé, est normalement un instrument de musique simple et facile pour bon nombre de débutants. Contrairement à l’apprentissage de certains instruments à corde, le ukulélé est en effet très facile à apprendre. On peut citer des instruments à corde comme le violon et la guitare. Néanmoins il vous faudra vous exercer pour réussir à former vos premiers accords. Avec un peu d’exercice et surtout de compréhension, vous serez en mesure d’y arriver.

Le ukulélé est un instrument de musique qui est pratique et facile à transporter pour les gens qui se déplacent assez souvent. Notons que son prix relativement bon marché par rapport aux autres est également un atout non négligeable. Avant de pouvoir devenir des légendes dans la musique rock, plusieurs grands noms ont commencés enfant sur le ukulélé. C’est le cas de Pete Townshend (The Who), Jimi Hendrix, ou encore Brian May plus connu sous le nom de Queen.

Pourquoi construire un ukulélé ?

On sait que le ukulélé est un instrument de musique qui est très inspiré de la guitare. C’est un instrument de musique qui est non seulement très agréable à jouer mais aussi, qui fait sortir de bonnes mélodies très sympathiques. L’envie de construire un ukulélé soi même est quelque chose qui arrive à beaucoup de musiciens qui s’intéressent à l’instrument. Bien sûr que commander simplement un ukulélé standard est beaucoup plus rapide et peut être moins couteux aussi. Et c’est d’ailleurs souvent ce que feraient la majorité des gens. Mais la question à se poser, c’est : où se trouve la joie dans tout ça ? Lorsqu’on a jamais eu la chance de pouvoir profiter d’un objet qu’on a eu à fabriquer soi même, c’est évident que cette question qu’on se pose devient légitime.

En effet, il faut reconnaitre qu’il y a quelque chose de très spécial qui se produit lorsque nous nous impliquons nous même dans la création d’un objet. Que ce soit en partie ou encore mieux la fabrication totale, la jouissance qu’il y a derrière est immense. Cela est encore plus énorme et vrai lorsqu’il s’agit de la création d’un instrument de musique. Construire un ukulélé soi même procure une certaine satisfaction que peu de gens connaissent. Ce plaisir est celui que seul un travail propre et bien fait procure.

Les avantages à construire un ukulélé soi-même

construire un ukulélé soi même
Construire un ukulélé soi même

Au-delà de ce plaisir, on peut aussi dire que construire un ukulélé soi même possède également beaucoup d’avantages. Ces avantages en questions sont très pratiques. En effet, il est possible de se défaire des chaînes de la standardisation du marché et de vous construire un appareil qui vous ressemble un petit peu plus. La taille d’un ukulélé est une chose qui est souvent très importante. Il est donc généralement difficile de trouver la taille idéale. Celle qui est à votre goût et qui vous correspond.

Le fait de construire un ukulélé vous-même vous aidera à tailler l’instrument comme bon vous semble. Avec ce dicton anglais qui dit ” Do It Yourself” (cela veut simplement dire en anglais ” fais le toi même), vous avez la possibilité de contrôler la taille au cm près. Vous contrôlerez également vous même la qualité des cordes du ukulélé et la nature des matériaux de base.

Choisir son kit pour construire un ukulélé

Construire un ukulélé soi même est un choix un peu osé. Néanmoins il existe beaucoup de méthodes pour construire ce faire. La méthode la plus simple à utiliser et qui est d’ailleurs la plus recommandée aux débutants, consiste à utiliser un kit de construction du ukulélé. Si l’on conseille cette méthode plus souvent, c’est parce qu’elle a pour principal avantage le gain du temps. Elle permet d’aller beaucoup plus vite et ainsi gagner en temps.

Vous n’aurez pas besoin de fabriquer vous même les pièces du ukulélé. Les parties dont vous aurez besoin sont déjà fournis. La possibilité de poncer certaines pièces est toujours valable si elles ne sont pas votre goût. Néanmoins vous devez savoir le type d’ukulélé que vous voulez construire avant de faire le choix de votre kit. Je rappelle les types de ukulélé : le soprano, le concert (ou alto), le ténor et le baryton.

Une fois fixé sur le type , vous avez le choix parmi une multitude d’offre de kit DIY de ukulélé disponible sur le web. Vous les trouverez également dans certaines boutiques spécialisées. Toutefois, il est plutôt conseillé de choisir les modèles classiques conçus à partir de l’acajou. L’acajou, parce que c’est le bois le plus pratique pour le ukulélé. Vous pouvez aller jusqu’à 40 euros pour l’achat du kit. Donc sachez prévoir un budget conséquent.

Assemblage pour construire un ukulélé

Dès lors que vous avez fait le choix de votre kit de construction de ukulélé, vous n’aurez qu’à l’assembler. À ce niveau, vous aurez probablement besoin de la dextérité d’un bricoleur. Il vaudrait mieux vous abstenir dans ce processus si vous n’avez pas l’âme d’un bricoleur. Cela demande beaucoup d’énergie puisque vous serez amener à poncer. Vous aurez à faire aussi des trous pour passer les cordes et à agencer les pièces entre elles.

Dans la fabrication d’un ukulélé, il existe des dizaines de modèles de kit différents. Et dans ces kits, chacun possède ses propres spécificités. Ce qui vous arrangera, c’est que la plupart des fabricants de kit pour construire un ukulélé pensent à fournir aussi une notice bien détaillée. Cette notice vous permettra de tirer le meilleur de votre kit et ainsi de ne pas se rater.

Construire un ukulélé tahitien

Si on reconnait le ukulélé comme étant un instrument de musique provenant des îles Hawaii, notons que plusieurs autres régions du monde se l’approprient également. Le ukulélé Tahitien en est un preuve. Le ukulélé est pour les Tahitiens, non seulement un instrument de musique à part entière mais aussi un instrument entièrement à part. S’il est considéré par les locaux comme un instrument à part entière, c’est surtout parce qu’il est conçu pour faire de la musique avant tout. Il est souvent rapporté par les touristes comme souvenir. Méconnu du grand nombre, il est essentiellement un objet de décoration pour la majorité des gens. Autrefois, l’instrument avait pour caisse une demi-noix de coco et une peau de chèvre (ou même de requin) comme résonateur. Pour une meilleure qualité du son, il est préférable d’utiliser de l’os pour les sillets de tête et de chevalet.

Comme pour tous (ou en tout cas la grande majorité) les instruments de musique à cordes, la position des frettes est calculée à l’aide de formules mathématique. En plus d’être musicien, il faut aussi avoir des connaissances d’ébéniste et de sculpteur pour faire un bel instrument. Vous devez lui consacrer beaucoup de temps pour obtenir un bon résultat.

Les instruments de la même famille

construire un ukulélé
Quelques instruments à corde

La guitare

La guitare est un instrument de musique que tout le monde connait très bien. Comme le ukulélé, la guitare possède une caisse de résonance et un manche avec une touche plate et des sillets (ou frettes). La guitare possède six (6) cordes en nylon. C’est l’un des instruments les plus proches du ukulélé.

Le baglamas

Le baglamas est un instrument de musique qui tout comme la guitare, est proche du ukulélé. Cet instrument vient de la Grèce. Les cordes du baglamas sont doublées : 3 x 2 cordes métalliques Ré-La-Ré. Cet instrument de musique est une version réduite du bouzouki trichordo. Il y a aussi une version moderne du bouzouki disposant de 4 x 2 cordes. Ce sont des instruments qui ne datent pas d’aujourd’hui. Les ancêtres de ces instruments remontent à l’époque byzantine. Ils remontent même plus loin puisque le tambûr assyrien existait déjà vers 900 ans avant J.-C. Par contre, il n’avait pas de frettes.

La balalaïka

Originaire et utilisé en Russie, la balalaïka fait partie des instruments de musiques à cordes méconnues du grand public. La balalaïka prima, qui est la plus courante compte trois (3) cordes, deux (2) accordées en Mi et la troisième en La. Sa caisse de résonance est typique avec sa table de forme plus ou moins triangulaire.

Le Gembri

Instruments des Gnawas, descendants des esclaves noirs, cet instruments de musique est rependu au sud du Maroc. Ses trois (3) cordes sont tendues au moyen de grosses chevilles à travers un manche cylindrique du bois. Comparés aux autres instruments déjà cités, le Gembri a une caisse de résonance qui peut être de différentes matières. Son chevalet est posé sur une peau tendue d’un animal. Contrairement aux instruments précédents, le manche du Gembri est cylindrique et ne dispose pas de sillets.

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating / 5. Vote count:

No votes so far! Be the first to rate this post.

As you found this post useful...

Follow us on social media!

Laisser un commentaire

Fermer le menu